Une pelouse au poil !

- Catégories : Outillage adaptable

Tondre, c’est assurer la bonne santé de son gazon. Plus épais et plus vert, le gazon pousse mieux et empêche les mauvaises herbes d’envahir votre terrain. Pour en prendre le plus grand soin, la tonte doit s’adapter aux spécificités de votre gazon et aux conditions climatiques. Voici quelques conseils pour y voir plus clair.

1. Quand tondre ?

Quand votre gazon atteint les 10cm de hauteur, il est temps de commencer la saison des tontes. Pour une pelouse fraîchement semée, il faut compter 3-4 semaines à compter de la levée du gazon. Pour déterminer la fréquence de tonte, plusieurs facteurs sont à considérer :

La saison et les conditions climatiques vont le faire pousser plus ou moins vite. Le gazon se tond généralement de mars et octobre. Au printemps et en automne, il est conseillé de tondre une fois par semaine. En été, une fois par quinzaine suffit. Pas la peine de tondre en hiver, sauf si le climat est très doux. Dans ce cas, on pourra tondre une ou deux fois en attendant le retour du printemps. Par temps modéré, la tonte est possible à toute heure de la journée, dans le respect des heures de bruit autorisées. S’il fait trop chaud ou trop sec, on attendra plutôt le soir pour éviter les risques desséchement du sol et de brûlures des brins sensibles. Attention à ne pas tondre pas temps humide ! Outre le travail de la tondeuse qui ne s’effectuerait pas correctement, les risques de glissade sont importants.

Le type de gazon : Un gazon d’ornement, peu piétiné, poussera plus vite qu’une pelouse d’agrément, plus sollicitée.

La hauteur du gazon : Une tonte courte est à renouveler plus régulièrement.

Petite astuce :
La tonte différenciée, séparant les surfaces par fréquence d’entretien, permet de réduire les tontes tout en créant de jolis jardins accueillants pour la biodiversité.

2. Quelle hauteur pour mon gazon ?

Le principe général est de tondre au maximum un tiers en hauteur. Pour un gazon dont la hauteur idéale est de 5cm, on tondra lorsqu’il atteint 7,5cm tout au plus. La longueur de la racine est proportionnelle à la hauteur du brin. En été, il est préférable de maintenir son gazon un peu plus haut. Plus les racines sont profondes, et plus le brin est capable de puiser l’eau et les nutriments en profondeur. Le gazon est donc moins dépendant de l’arrosage et plus résistant aux sécheresses. Comptez une hauteur de 5 à 7cm au printemps, 7 à 10cm en été, et une coupe rase autour de 3cm avant l’hiver pour limiter humidité et maladies.

On adaptera également la hauteur selon la fonction du gazon :

Gazon d’ornement : gazon fin sur lequel il y a très peu de piétinement. On tond à ras (environ 3cm) et on l’entretient régulièrement pour préserver sa verdure et sa densité. Au programme : tonte une fois par semaine, arrosage fréquent et fertilisants.

Gazon d’agrément : pour les pique-niques et siestes dans l’herbe. On laisse un peu plus de hauteur (3-5cm) pour enraciner le gazon et gagner en densité et robustesse. Une tonte hebdomadaire au printemps, une par quinzaine en été pour un beau gazon d’agrément.

Gazon pour terrains de jeux : gazon très fréquemment piétiné par petits et grands joueurs. Ce type de gazon, plus sollicité, doit être plus dense. On maintient donc de la hauteur, au moins 5 à 7cm. La tonte peut être un peu moins régulière, au rythme de deux fois par mois.

Petite astuce :
Si l’herbe est trop haute au moment de tondre (10-15cm), mieux vaut diminuer progressivement sa hauteur en effectuant plusieurs tontes étalées sur quelques jours pour ne pas l’abîmer et pour éviter les risques de bourrage de votre tondeuse.

3. Comment tondre de manière optimale ?

Avant de tondre, on nettoie le terrain pour le débarrasser des obstacles qui gêneraient le passage de la tondeuse : pierres, branches, déchets verts… Et on s’équipe ! Les vêtements amples sont à éviter, au risque d’être incommodés et de les accrocher dans les poignées ou la lame. Couvrez-vous les jambes et chaussez des bottes antidérapantes.

La tonte peut alors commencer. On se concentre tout d’abord autour des arbres et des massifs, et on longe les allées.

Puis on continue en bandes parallèles qui se chevauchent de quelques centimètres. Pour les terrains en pente, on privilégie le sens haut-bas ou bas-haut pour éviter que la tondeuse ne bascule. Pour les tondeuses sans système de ramassage, on tond avec le système d'éjection dirigé vers la bande tondue en dernier pour ne pas à avoir à passer la tondeuse sur l'herbe coupée aux bandes suivantes.

Pour les tondeuses dotées d'un bac de ramassage, on procède en allers-retours avec un léger chevauchement sur la bande précédente pour n’oublier aucune zone. Pour les finitions là où la tondeuse ne peut accéder, on utilise un coupe-bordure.

Petite astuce :
Pour un aspect naturel, on tondra les extrémités de la pelouse plus courtes que le reste du jardin.

4. Que faire de l’herbe coupée ?

L’herbe coupée, qui représente jusqu’à un tiers du volume de votre gazon, peut l’étouffer si elle n’est pas évacuée. Si votre pelouse n’a pas été traitée, l’herbe coupée est une excellente base d’engrais naturel, humide et riche en azote. Pour cela, on la mélange à des matières sèches, dites matières brunes, riches en carbone, afin d’équilibrer les éléments dont les micro-organismes ont besoin pour permettre le compostage. On pourra inclure des feuilles mortes, des branches broyées, de la paille ou des copeaux de bois par exemple, à raison de 2/3 d’herbe coupée pour 1/3 de matières brunes pour éviter l’apparition d’odeurs désagréables et favoriser la décomposition. On peut également utiliser l’herbe coupée comme paillage pour les vivaces et les légumes du potager, que l’on aura fait sécher un ou deux jours au préalable.

Différentes possibilités de collecte de l’herbe coupée existent selon le type de tondeuse.

- Avec bac de ramassage intégré : l’herbe coupée est collectée au fur et à mesure de la tonte, il suffit de vider le bac rempli.

- Sans bac de ramassage : l’herbe coupée retombe sur le terrain. On attend le lendemain que l’herbe ait séché pour la rassembler à l’aide d’un râteau ou d’un balai à gazon.

-Tondeuse mulching : l’herbe est hachée par la tondeuse et retombe en débris très fins sur le sol. Répartie sans effort additionnel sur l’ensemble du gazon, cette herbe coupée peut servir de paillis ou engrais naturel pour garder la fraîcheur du sol et le nourrir.

Petite astuce :
Pour réussir votre compost en toute simplicité, consultez notre article dédié.

5. Comment entretenir ma tondeuse ?

Après chaque tonte :

Il est plus facile de nettoyer sa tondeuse juste après une tonte plutôt qu’avant la suivante, où l’herbe aura séché et collera davantage. Pour cela, on soulève la tondeuse grâce à un lève-tondeuse et on rince le châssis et les lames au tuyau d’arrosage. Pensez également au bac de ramassage si votre tondeuse en est équipée. Une fois le nettoyage terminé, on graisse l’axe des roues à l’huile.

Vous pouvez également utiliser nos outils spéciaux pour l'entretien de la tondeuse.

Toutes les 20h d’utilisation :

On vérifie l’axe de la lame et on l’affûte pour prolonger la durée de vie de sa tondeuse et son efficacité. Un axe déséquilibré force sur le moteur, et une lame mal affûtée donne une coupe inégale et endommage le gazon. Si la lame est trop usée (cassures, rouille, torsions…), la change.

      Sources :

      Articles en relation

      Partager ce contenu